Les 3 marques de Smartphone français

1. Alcatel Mobile

Histoire

Alcatel (anciennement Alcatel Mobile Phones et Alcatel OneTouch) (stylisé en ɑlcɑtel depuis 2016, précédemment ALCATEL) est une marque française de combinés mobiles appartenant à la société finlandaise d’électronique grand public Nokia et utilisée sous licence par la société chinoise d’électronique TCL Technology. La marque Alcatel a été concédée sous licence en 2005 par l’ancienne société française d’électronique et de télécommunications Alcatel-Lucent à TCL pour les téléphones et appareils mobiles, et la licence actuelle expire à la fin de 2024. Nokia a acquis les actifs d’Alcatel-Lucent en 2016 et a donc également hérité des accords de licence pour la marque Alcatel.

Alcatel Mobile Phones a été créée le 24 avril 2004 sous la forme d’une coentreprise entre Alcatel-Lucent (45 %) et TCL Corporation (55 %). Alcatel a commencé à fabriquer des téléphones mobiles à la fin de 1996.

En 2005, la coentreprise a été dissoute et TCL a acquis la part de 45 % d’Alcatel-Lucent, et Alcatel Mobile Phones est devenue une filiale à part entière de TCL. Le nom de la marque a été cédé sous licence à TCL.

En 2010, Alcatel One Touch est devenue la marque de l’entreprise. En février 2016, elle est redevenue simplement Alcatel et un nouveau logo a été introduit.

Structure de l’entreprise

TCL Mobile Limited (ancien nom : T&A Mobile Phones Limited) est un membre de TCL Communication coté à la bourse de Hong Kong (HKSE : 2618) qui a été créé en août 2004 par TCL Communication et Alcatel. TCL Mobile Limited gère trois unités commerciales : Alcatel, TCL Mobile Phones et Brand Design Lab. TCL Communication a également été le développeur des appareils BlackBerry de 2016 à 2020, lorsque son contrat avec BlackBerry a expiré.

2. Archos

est une société multinationale française d’électronique qui a été créée en 1988 par Henri Crohas. Archos fabrique des tablettes, des smartphones, des lecteurs multimédia portables et des dispositifs de stockage de données portables. Le nom est une anagramme du nom de famille de Crohas. De plus, en grec (-αρχος), c’est un suffixe utilisé dans les noms indiquant une personne ayant du pouvoir. Le slogan de l’entreprise est passé de « Think Smaller »  à « On The Go » , puis à l’actuel « Entertainment your way » .

Archos a développé une variété de produits, notamment des lecteurs audio numériques, des lecteurs vidéo portables (PVP), des magnétoscopes numériques, un assistant numérique personnel, des netbooks, plus récemment des tablettes électroniques utilisant Google Android et Microsoft Windows (tablet PC), et des smartphones (qui sont fabriqués par ZTE sous la marque « Archos »).

Succès et déclin

En 2000, Archos est devenu un acteur important sur le marché des lecteurs multimédias portables, comme en témoigne la sortie, en 2000, du tout premier lecteur audio numérique (DAP) sur disque, le Jukebox 6000. Ce produit a ouvert la voie aux DAP de grande capacité, qui ont finalement abouti à l’adoption généralisée des lecteurs numériques et MP3. Le succès d’Archos au cours de cette période a été attribué à sa stratégie de leadership technologique, en lançant différentes itérations d’une ligne de produits, qui présentait une succession de produits dotés de meilleures spécifications et technologies que leurs prédécesseurs.

Dans la dernière partie des années 2000, Archos a commencé à perdre du terrain face à Apple, qui – de son côté – a lancé ses propres appareils portables tels que l’iPod.

Cette évolution a mis en évidence une tendance dans l’industrie technologique où le fait de battre ses concurrents sur le marché et d’équiper ses produits de la technologie la plus avancée ne se traduit pas toujours par le succès.

 La société a commencé à abandonner progressivement ses lecteurs multimédia portables en 2008 pour se concentrer davantage sur sa gamme de tablettes Android.

En 2013, la société est entrée sur le marché de la téléphonie mobile en lançant une série de modèles de smartphones, par exemple Archos Cesium, Archos Diamond, Archos Titanium, Archos Platinum, Archos Neon, Archos Xenon, Archos Oxygen et Archos Helium.

3. Groupe Bull

Bull SAS (également connu sous le nom de Groupe Bull, Bull Information Systems, ou simplement Bull) est une société informatique française dont le siège social est situé aux Clayes-sous-Bois, dans la banlieue ouest de Paris. La société a également été connue sous les noms de Bull General Electric, Honeywell Bull, CII Honeywell Bull et Bull HN. Bull a été fondé en 1931, sous le nom de H.W. Egli – Bull, pour exploiter les brevets de l’ingénieur norvégien Fredrik Rosing Bull (1882-1925) sur la technologie des cartes perforées.

Après une réorganisation en 1933, avec l’arrivée de nouveaux propriétaires, le nom a été changé en Compagnie des Machines Bull (CMB). Bull est présent dans plus de 100 pays et est particulièrement actif dans les secteurs de la défense, de la finance, de la santé, de la fabrication, du public et des télécommunications.

Histoire

Origine

Le 31 juillet 1919, un ingénieur norvégien du nom de Fredrik Rosing Bull dépose un brevet pour une machine « combinée trieuse-enregistreuse-tabulatrice de cartes perforées » qu’il a développée avec le financement de la compagnie d’assurance norvégienne Storebrand. Storebrand intègre son appareil dans ses opérations en 1921.

L’année suivante, Bull vend sa deuxième machine à l’assureur danois Hafnia, qui a découvert cette technologie grâce à un article paru dans un magazine spécialisé dans les assurances. Au moment où Bull meurt d’un cancer en 1925, à l’âge de 43 ans, une douzaine de ses machines ont été vendues à différentes sociétés à travers l’Europe.

Le développement commercial et technique des machines se poursuit sous la direction de Reidar Knutsen, ami d’enfance et collaborateur de longue date de Bull, et de son frère Kurt Andréas Knutsen

Au fur et à mesure de la croissance de l’entreprise, plusieurs investisseurs extérieurs ont été amenés à participer, ce qui a conduit à la constitution de la société H.W. Egli Bull en 1931. En 1933, d’autres investisseurs se sont joints à l’entreprise, qui a changé de nom pour devenir la Compagnie des Machines Bull, nom qu’elle conservera jusqu’en 1964.

Croissance

Depuis sa création, la société a fait l’objet de nombreux rachats et fusions. Elle a notamment entretenu diverses relations de propriété avec General Electric, Honeywell et NEC des années 1960 aux années 1980, et avec Motorola, Debeka et France Télécom plus récemment. Elle a acquis Honeywell Information Systems à la fin des années 1980, et plus tard, elle a également détenu une part de Zenith Data Systems et de Packard Bell. Bull a été nationalisé en 1982 et a été fusionné avec la plupart du reste de l’industrie informatique française.

Le Groupe Bull a acheté Zenith Electronics fin décembre 1989. Il a conservé le siège social et les usines de Zenith Data Systems à Chicago et à Saint-Joseph, dans le Michigan. En 1994, la société a été reprivatisée.

En août 2014, la société informatique française Atos a annoncé qu’elle avait acquis une participation majoritaire dans Bull SA par le biais d’une offre publique d’achat lancée en mai[10]. Atos a annoncé en octobre 2014 son intention de racheter ou d’évincer les actionnaires et les détenteurs d’obligations restants.

Bull a lancé le Hoox m2, le premier smartphone européen intégralement sécurisé, qui, en juin 2014, a été approuvé pour une utilisation avec des données classées  » Information Restreinte  » ( » Diffusion Restreinte « ) par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI)[12] La gamme Hoox de mobiles et smartphones sécurisés assure la confidentialité des communications vocales, SMS, e-mails et données.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.